ant20220205A.png ant20220205E.png ant20220205M.png ant20220205O.png ant20220205P.png ant20220205Q.png

Antipode en ADAMSON CS amplifié et réseau AVB Milan

Installation (Article extrait du site Soundlightup)

La ville de Rennes vient de s'offrir une MJC de rêve où tout a changé, sauf le nom.
Découvrez l'Antipode et son système de diffusion 2.0 Adamson CS, intégré pour la première fois en France par Audiolite, et le tout en compagnie de Clément Champigny qui nous a fait une visite guidée aussi virtuelle qu'exhaustive. C'est peu dire qu'à Rennes on sait cajoler les techniciens son...


Tu commences par nous dire deux mots sur toi Clément?

Clément Champigny : Volontiers. J'ai 40 ans et je suis technicien et régisseur son à Rennes. Le métier m'est tombé dessus à 17 ans et la passion est vite arrivée.
Je travaille pour différentes sociétés de la région comme Audiolite, Eurolive, Invisia, Spectaculaires et parfois en national avec Dushow, tout en ayant la chance de bien m'entendre avec tous.

Et l'Antipode ?

Clément Champigny : Ça fait 20 ans que je suis technicien intermittent là-bas et je pense être le plus vieux de la boutique. C'est d'ailleurs grâce à ...

... ton expérience ?

Clément Champigny : Voilà ; mon âge donc, que je suis devenu référent son et porte-parole de l'équipe pour l'étude, l'établissement de la liste de nos souhaits, le choix des marques et la mise en œuvre du son dans le nouvel Antipode. Il ne s'agit pas d'une rénovation des vieux locaux mais bien de la construction de la nouvelle MJC qui a commencé en 2018 pas très loin de l'ancienne, en beaucoup plus grand et avec une salle dotée d'une excellente acoustique.

la Grande Scène en train d'être équipée de ses vêtures, de son plateau et plus tard de ses gradins. Admirez l'épaisseur du traitement sur les murs latéraux, des places en moins mais du son en plus.

Vous avec donc mis le pied dans la Covid, ça porte chance il paraît !

Clément Champigny : Oui, on a eu beaucoup de chance. D'abord les lieux sont super, on a été gâté question matériel et surtout ce dernier a été livré et on a pu tout mettre en œuvre malgré les confinements et autres pénuries de composants. On est vraiment passé entre les gouttes.

Vous avez gardé un peu du matos de l'ancien Antipode?

Clément Champigny : Presque rien, juste deux petites sonorisations mobiles. C'était pour l'essentiel de la location longue durée. Pour la nouvelle salle le choix a été à l'opposé avec un investissement important en son, éclairage et vidéo.



Comment s'est passé le choix du son ?

Clément Champigny : A la demande de Nicolas Nacry, notre ex dirtech parti depuis vivre d'autres aventures et remplacé par Eric Gueguen, nous avons proposé quatre marques différentes, deux françaises, une allemande et une canadienne (rires !) Une cinquième, allemande elle aussi, est arrivée un peu trop tard. Nous avons tapé dans les marques les plus demandées dans les fiches techniques afin de satisfaire les artistes accueillis.

Pour info, notre grande salle est une surface modulable assis-debout entre 350 et 1000 places, mais nous avons aussi dû choisir le matériel pour le Bar Club et enfin celui pour l'Atelier de création, une salle reprenant la taille du plateau de La Grande Scène avec un petit système, le lieu idéal pour répéter à l'aise.

La Grande Scène vue depuis le haut du gradin fixe qui sert aussi de stockage pour celui rétractable et de régie FOH lorsqu'il est sorti.

Un lot unique ?

Clément Champigny : Non, trois lots séparés, on y reviendra. Les trois premiers choix dans la liste, français, allemand et Adamson ont été contactés et ont accepté de nous faire une démo dans la Grande Scène à peine achevée avec le gradin mobile en place et toutes les vêtures. Quand on a envoyé du son dedans on a été particulièrement impressionnés. Cela s'est déroulé en juin et juillet 2021.

En termes de système le choix s'est porté sur un ligne source moyen format ...

Clément Champigny : C'est exactement ça, avec la volonté de notre part de pérenniser cet investissement et donc d'avoir le dernier modèle de chaque fabriquant, tout en tenant dans un budget précis. Notre cahier des charges spécifiait un gauche / droite avec des renforts de grave tous deux accrochés, et des subs sous la scène.

Les trois subs initialement placés sous le praticable et ensuite avancés devant le nez de scène.small>

Et puis vous écoutez ...

Clément Champigny : On a commencé par les S10 le premier jour puis une marque française le second, une allemande le troisième et une seconde référence de cette même marque allemande le 4è jour. On a formé un jury à quatre techniciens et régisseurs son de l'Antipode ayant des profils très différents allant du pur mixeur au caleur système.
On s'est accordé sur une dizaine de critères, son, cohérence, dispersion, headroom, prix, garantie etc, et on a écouté exactement les mêmes morceaux avec la même source.

Des titres du commerce ou bien des multis à vous ?

Clément Champigny : Des CD. On aurait préféré écouter du live via des virtual soundchecks, mais on a manqué de temps et un peu de moyens pour les préparer. Les trois constructeurs sont malgré tout venus avec ce type de morceaux ce qui nous a permis d'entendre une dynamique différente, et c'est Adamson avec le S10 qui est sorti gagnant.

Sur quels critères ?

Clément Champigny : Quasi tous même si nos oreilles habituées à une autre marque, ne l'ont pas fait gagner, même si de peu, sur le critère son.

On a beaucoup apprécié la démo et l'approche d'Adamson et de DV2 qui a été l'un des seuls à proposer un point central pour éclaircir la zone d'ombre dans le triangle en nez de scène ou des délais pour redonner un peu de précision dans le fond du gradin, là notamment où accèdent les personnes à mobilité réduite.
Ces renforts sont intégrés dans le plafond entre deux IPN pour laisser circuler les perches américaines qui vont d'un bout à l'autre de la salle.



En quoi consiste précisément le système de La Grande Scène ?

Clément Champigny : Nous avons en accroche et par côté 5 x CS10, 3 x CS10n et 3 x CS119 en montage cardioïde. Pour déboucher le centre en douche il y a une CS10p 100°x50° et sur les côtés en infills une CS7p 100°x50° par côté.

Enfin au sol sous la scène nous avons trois subs en double 19” à double bobinage de 5pouces IS219, notre seule concession aux boîtes passives qui ont donc leur ampli lab.gruppen D120:4L. Les délais arrière enfin sont assurés par deux CS7p 70°x40°. Toutes les références en « p » sont des versions point source.

Le système presque au complet. Remarquez la CS10p centrale en douche accrochée à deux filins comme les deux CS7p pendues sous les lignes principales. Les trois IS219 sont placés en avant de la scène

L'ensemble a été calé par Julien Poirot et nous disposons de presets pour toutes les combinaisons possibles en termes de jauge et de position de gradin. Il vient d'ailleurs de procéder à des mises à jour à distance et a intégré aussi à ces presets nos demandes. On n'est pas encore très aguerri sur AI le nouveau logiciel de Adamson qui intègre toutes les fonctions, donc l'accompagnement de Julien et de DV2 nous sont très précieux.





L'espace Bar Club ?

Clément Champigny : C'est aussi de l'Adamson qui a été choisi avec, par côté, une CS10p 100°, avec pour le renfort en grave et posé au sol, un CS119. Toujours par côté et en outfill on a une CS7p 70° et en délai une CS7p 100°



Le troisième lot, l'Atelier de Création ..

Clément Champigny : Particularité, il comporte aussi le marché des 20 wedges qui se partagent entre les trois espaces ainsi qu'une petite sono pour l'Atelier. Il a été remporté par une autre marque distribuée par Eurolive.







Quand avez-vous décidé d'opter pour des boîtes amplifiées ?

Clément Champigny : Johan Maheux d'Audiolite qui a été notre intégrateur, nous a proposé de découvrir les CS7 qui sont le modèle en dessous des CS10 avant l'écoute.
Nous l'avons donc recontacté une fois arrêté notre choix pour savoir si passer les S10 et mes amplis lab.gruppen en CS10 allait tenir dans notre budget et si, en ces temps chahutés, il y aurait du stock.
N'oublions pas qu'on voulait prendre de l'avance en termes de technologie et qu'on aurait été les premiers en France à équiper une salle en CS. Comme on a eu des feux verts à toutes nos questions, on a changé notre précommande !











Avez-vous pu comparer S10 et CS10 ?

Clément Champigny : Non, pas de vrai A/B, mais après l'installation des CS10 et comme la trame AVB n'était pas complètement écrite, les premières dates ont été faites en analogique et on a pu comparer les deux modes analogique/AVB lors des balances et nous sommes ravis de ce que nous entendons.
C'est clair, limpide, homogène et très solide sur le bas médium. Un son Adamson comme on l'aime. Ce n'est pas du vin, mais j'aurais tendance à dire qu'il est boisé, et ça nous plaît (rires).





Est-ce qu'à présent tout tourne en AVB ?

Clément Champigny : Oui bien sûr, on est en full AVB Milan et pendant cette dernière phase de mise au point, nous avons été parfaitement accompagnés par Audiolite, DV2 et Julien Poirot, Mario Ahrberg Ingé application de Adamson Europe et même Brian Fraser qui est le Chef produit en charge des CS chez Adamson.



Ce dernier est venu du Canada pour la release du soft AI Array Intelligence intégrant l'ensemble des fonctionnalités propres à ce système et à tout système : de la conception et simulation au patch, à l'optimisation, au contrôle, à la mesure et au diagnostic du système. Adamson a même monté au Canada un système identique au nôtre pour nous aider à lever les derniers doutes et les quelques bugs d'affichage qui subsistaient.

Deux shoots de l'Antipode en tout debout à gauche et gradin déployé à droite. On voit l'influence des deux délais et la belle uniformité en salle quel que soit le format choisi.

Pour l'audio pur, la partie réseau est bétonnée à ce qu'on voit.

Clément Champigny : Tout à fait. Nous avons doublé la majeure partie de l'AVB et tiré en plus de l'analogique. Appelons cela ceinture et bretelles avec un grand merci à Audiolite pour leur parfaite intégration.

Disposez-vous d'une console capable de sortir en AVB ?

Clément Champigny : Non, le consensus est long à se faire entre les marques et nous devons pouvoir accueillir facilement des prods extérieures. Nous avons donc fait le choix de sortir de nos consoles en EAS/EBU et attaquer le CS Gateway qui rentre et sort 16 flux AES et 8 lignes analogiques et convertit le tout en AVB Milan. Nous avons rentré trois PM3 Rivage Yamaha qui se partagent entre les 3 scènes de la MJC.

Chapeau à Yamaha pour cette CL6 (rires) Le son est excellent et c'est un vrai plus par rapport à la gamme précédente, ne serait-ce que le sommateur. On est en revanche resté en Rio-D2, les RPio étaient hors budget pour nous. On a préféré acheter plus de préamplis et les laisser à demeure là où ils servent plutôt qu'en avoir beaucoup moins et les balader sans cesse.
Sur les trois consoles, deux sont dans La Grande Scène et celle des retours roule si besoin est au Bar Club puisque les deux espaces ne jouent jamais ensemble. La troisième sert beaucoup dans l'Atelier de Création, un lieu très prisé et presque toujours plein.

L'espace Bar aussi fait le plein.

Vous avez accroché les subs CS et ajouté trois subs de la gamme Touring et donc passifs. Vous cherchez quoi exactement ?

Clément Champigny : C'est une volonté de l'équipe. D'un côté on voulait un effet de sol et de l'autre on n'a pas osé tout accrocher même si cela nous aurait facilité la vie vis-à-vis du décret. On est très content du résultat même si c'est vrai qu'on a dû ruser puisque pour l'instant (un ange sonore passe NDR) il n'y a pas de modèles amplifiés dans la gamme des E.
On va malgré ça intégrer ces subs dans l'écosystème CS via le Bridge qui est un accessoire, une sorte de end point d'une enceinte active et qui contient le traitement, le filtrage et les protection de telle sorte à alimenter un ampli et être vu comme un élément de la gamme CS par le logiciel. A l'heure actuelle, le lab.gruppen et son Lake ne sont pas reconnus ce qui est logique.

Un synoptique montrant où et comment se positionnent les racks de traitement, sommation et alimentation de Adamson pour la gamme CS, plus des Gigacore !

Les Gigacore 12 vous servent à quoi ?

Clément Champigny : Juste à multiplier les sorties AVB. Adamson spécifie qu'il ne faut pas chaîner plus de 6 boîtes sur le même brin AVB, nous avons donc utilisé ces appareils pour attaquer des ensembles de boîtes ou des boîtes individuellement. Pour résumer, le Gateway accueille les signaux, les convertit en AVB Milan et les dirige vers la scène où un second Gateway restitue de l'AVB, de l'AES/EBU et de l'analogique.
Le tout part vers les NDS (Network Distribution System) qui sont des racks passifs dont le travail est de « mélanger » les deux flux redondés AVB sur un seul fil et à offrir aussi la sécu analogique. Un dernier boîtier appelé PDS (Power Distribution System) fournit le secteur protégé aux boîtes.

La Grande Scène au complet pur l'inauguration.

Ça fait beaucoup d'interfaces. Pourquoi la partie switch n'est pas assurée par Adamson ...

Clément Champigny : Elle va l'être. Pour le moment le NDS est passif mais il devrait devenir actif et donc servir les boîtes sans besoin de faire cela, par exemple, avec les Gigacore.

Comment exploitez-vous le signal issu de vos consoles ou de celles accueillies ?

Clément Champigny : Pour la nôtre on récupère des AES sur un des Rio sur le plateau et on part dans le Gateway. Pour les accueils et en fonction de leur matériel, on a ajouté une rocade filaire de câble AES/EBU entre la régie face et le Gateway. D'ailleurs et puisqu'on en parle, nous avons demandé à ce que notre câblage soit entièrement tiré en fil 110 Ohms et on a une volée de câbles réseau pour pouvoir tout passer, par exemple avec des CATlink de Klotz.



Vous l'avez compris, SLU a passé encore de longues minutes avec Clément et il y aurait de quoi écrire un second reportage tant les informations recueillies auprès de lui sont touffues et donnent envie de refaire enfin notre métier, encore plus dans des lieux aussi performants.






Adamson | CS-series

Texte : Ludovic Monchat - Photos : Dominique Coulon & associés, Antipode, Adamson, DV2, C. Champigny, Richard Volante, SLU


Publié le 05/02/2022

Si vous aussi vous souhaitez figurer dans nos news, faites suivre vos photos et vos informations à marketing@dv2.fr



37


Adamson, DiGiCo
WaveCapture


Adamson, DiGiCo,
Digigrid, Wavecapture

Formation Adamson
Formation DiGiCo

Amplis
Enceintes
Systèmes
Traitement du signal

Contact
Newsletter
Mentions Légales


ZONE EURO MOSELLE
2 rue de la Gillière
NORROY LE VENEUR
57140 FRANCE
Tel +33 (0) 387 30 00 00
Fax +33 (0) 387 32 83 25
dv2@dv2.fr